Compagnie des Longs Marcheurs

Les Longs-Marcheurs, guilde RP sur Gw2
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue chez les Longs-Marcheurs ! Départ pour Elona le 26/11 en soirée !

Partagez | 
 

 Shilkyn Tysian, Lieutenant [Validée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shilkyn Tysian
Lieutenant
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 26
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Shilkyn Tysian, Lieutenant [Validée]   Sam 23 Mai - 14:42

Shilkyn Tysian


  • Race : Humain
  • Classe : Nécromant

  • Votre personnage en quelques mots : Shilkyn n'est pas un humain comme les autres, ou du moins plus un humain comme les autres. Âme errante en Tyrie comme nombre d'autres esprits, il utilise des corps dont le propriétaire d'origine n'avait plus besoin pour continuer à paraître humain. Ancien pirate et mercenaire, il seconde maintenant Hildir à la tête des Longs-Marcheurs, assumant la lourde tâche qu'est la gestion du personnel.

  • Répliques cultes :
    "Est-ce que je vous demande si votre femme n'a de charrette que le nom ou aussi le point commun avec le véhicule d'être tirée par deux animaux à la fois ?" - à un Charr.
    "On ne dirait pas comme ça, mais en fait, je suis mort à l'intérieur" - à un humain se moquant de son mauvais humour.


Thème:
 
Thème combat:
 

Statistiques


ShilkynChoix retenuBonus de raceInfluence du BGEntrainementsAttribut finalModificateur d'attribut
IntelligenceMoyenMoyen+0
EspritSupérieurSupérieur+20
DextéritéMédiocre+1Acceptable-10
ForceMoyenMoyen+0
VigueurBonBon+10
VolontéMoyen+1+1Supérieur+20
CharismeAcceptable+1Moyen+0




Dernière édition par Shilkyn Tysian le Lun 3 Aoû - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shilkyn Tysian
Lieutenant
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 26
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: Shilkyn Tysian, Lieutenant [Validée]   Ven 31 Juil - 18:37

Histoire de prévenir:
 


Mise en... abysse ? - Partie 1 - 1328




On m’a longtemps reproché de ne rien ressentir de mon vivant, que puis-je en dire maintenant que je suis mort ? Les gens placent leur confiance en moi, m’apprécient et vont même jusqu’à m’aimer. Je ne sais pas pourquoi. Antipathique voire asocial, violent. Je ne sais qu’inspirer la peur et pourtant... Et pourtant je suis sûr que ceux qui se considèrent comme mes amis s’inquiètent pour moi alors que je gis au fond d’un océan de désespoir.

Littéralement. Plateau continental, environ... Quarante mètres de profondeur et quelque part dans la bien nommée mer des Lamentations.

Je ne sais même pas pourquoi ils s’inquiètent pour moi. Je suis mort. Là aussi, littéralement. En fait, je vais bientôt fêter mes trois cent-cinquante ans. ll faudra un très gros gâteau pour y placer toutes les bougies. Et je vais bien. Un peu perdu peut être, mais bien. Juste assez pour raconter ma vie à une étoile de mer. Pas vrai Henry ? Ca ne te gène pas que je t’appelle Henry... Ou Patrick ? Je suppose que non. Va pour Henry. Allez, viens, on va trouver un guide.


Dernière édition par Shilkyn Tysian le Sam 8 Aoû - 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shilkyn Tysian
Lieutenant
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 26/01/2015
Age : 26
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: Shilkyn Tysian, Lieutenant [Validée]   Sam 8 Aoû - 18:25

Chapitre I - 1010 Ap. E.




«  Combien pour le tout ?
_ Deux cent douze pièces d’or.
_ Pardon ?
_ Deux cent douze pièces d’or. Et c’est parce que je t’aime bien, regarde l’état de ces tonneaux. Il y aurait marqué « Propriété de la flotte kournane » dessus, ça serait tout aussi impossible à vendre.
_ En fait, c’est aussi marqué dessus, corrigea Shilkyn en faisant tourner un des tonneaux qui remplissaient une des nombreuses cabanes humides de la crique de Dajkah.
_ Et comment veux-tu qu’on reprenne du matériel militaire ? s’écria le contrebandier, levant ses mains devant son visage pour cacher son désespoir. Fahji va vous découper en tranches en apprenant que toute la flotte kournane est probablement à vos trousses, toi... et ton capitaine ! »

Dimedeh, le maître des docks de la crique de Dajkah était un homme impressionnant, autant par sa taille que par sa largeur, presque équivalentes. S’il avait toujours juré que son énormité était liée à une malformation, beaucoup en riaient dans son dos mais jamais devant lui. Dimedeh était l’âme du centre le plus actif de la piraterie en Elona et parvenait à ne jamais tremper dans l’illégalité, probablement parce qu’il était trop gros pour rentrer dans le bain, se dit Shilkyn.
Cela faisait maintenant sept ans que le jeune homme avait fui Ascalon pour s’engager dans la piraterie élonienne et qu’il avait trouvé plus ou moins refuge auprès d’un équipage à l’éthique au moins minimale. Personne ne lui avait jamais posé de question sur son passé et il aimait sa nouvelle vie. Voler les Kournans était pour lui plus qu’un métier mais un art si ce n’est une passion... Et Dimedeh était Kournan et dans l’immédiat, Shilkyn avait l’impression que c’était lui qui se faisait voler.

« Le capitaine ne va pas être content, tu sais, Dim’. Il va m’en coller une et il viendra aussi pour toi si je ne reviens pas avec trois cent pièces d’or. Il y a assez d’huile noire dans ces tonneaux pour défendre la ville face à un siège et avec ça, j’aimerais les voir nous attaquer.
_ Tu ne comprends rien, petit. Tu crois que dix tonneaux d’huile noire suffiront à nous défendre si les autorités ramènent leur feuille d’iboga* ici ? Remballe ça et allez vous faire voir chez Grenth avec ton capitaine et sa coque de noix !
Dimedeh accompagna du geste ses paroles en attrapant lui-même un des tonneaux marqués pour le faire rouler vers la sortie.
« Et tu diras à ton capitaine que la prochaine fois que vous essayez de revendre une marchandise interdite ici, vous aurez à faire à Fahji. Maintenant, je ne veux plus voir votre navire et ses tonneaux à quai demain matin, sinon je vous dénonce aux Kournans pour prouver ma bonne foi. »

Shilkyn ne résista pas. Il s’était attendu à cette réaction depuis que le capitaine lui avait demandé de vendre ces tonneaux. Il avait même essayé de protester, mais le capitaine avait affirmé que tant qu’il n’avait pas essayé, il était impossible de savoir. Des paroles qui auraient pu être pleines de sagesse s’il n’y avait pas le risque que toute la crique soit au courant de la possession de cette arme et que le navire soit attaqué dès ce soir par des pirates assez cupides pour agresser leurs semblables. La tête basse, il traversa le marché aux poissons de la crique et refusa les avances de deux filles de joie sur les quais. Un jeune orrien l’y attendait, un livre à la main. Installé sur un banc improvisé à partir d’une des carcasses qui « décoraient » la crique et faisaient fuir les indésirables, il fixait Shilkyn, lui lançant un regard inquiet. Son nom était Sayyar, un enfant récupéré par le capitaine quelques mois auparavant sur un navire corsaire. Le capitaine n’appréciait pas la vente d’esclaves et il n’avait alors pas hésité à couler un confrère en prétextant cette seule raison. Sayyar y était enchaîné dans la cale, de même que la marchandise que Shilkyn s’efforçait maintenant de revendre.
« Le gros homme n’avait pas très l’air avenant, Shilkyn. Tu as pu lui vendre les...
_ Par Grenth, Sayyar, appelle-moi par mon grade, j’ai eu bien assez de mal à le gagner.
_ D’accord, quartier maître ! Excuse-moi ! »

Le capitaine avait gardé Sayyar pour une raison simple, sa naissance. Les Orriens ne s’aventuraient que très peu dans les eaux éloniennes et leur magie, terriblement puissante, était prisée. Depuis deux mois, Sayyar apprenait la lecture et les langues étrangères au capitaine en échange du droit de rester à bord et de ne pas être déposé sur la première terre en vue. Il y avait une différence entre libérer les enfants de l’esclavage et les héberger gratuitement. Le jeune orrien s’était rapidement fait à la vie en mer et l’équipage l’avait accepté malgré ses douze ans. Shilkyn ne l’appréciait pas outre mesure : trop gentil, trop poli pour être un criminel. Dès l’entrée de l’enfant au sein de l’équipage, il avait fait part au capitaine de son inquiétude à ce sujet. Il lui avait dit que l’enfant ne pourrait pas être un pirate, qu’il ne se montrerait utile que jusqu’à ce qu’une occasion de fuir se présente, avant de disparaître. Le capitaine avait ri, soulignant le fait que Sayyar avait alors déjà la couardise en commun avec les brigands des mers. Lorsqu’il n’avait rien d’autre à faire que réfléchir, Shilkyn n’enviait pas Sayyar, coincé dans un univers qui ne lui correspondait en rien.

Shilkyn attrapa Sayyar par l’épaule et le guida jusqu’au Protée, amarré à l’extrémité sud de la crique. Le chemin à faire pour transporter puis revendre les produits était bien plus long que si le capitaine avait choisi les eaux plus fréquentées, mais tous savaient que la marchandise, ce jour là, était à risque. En voyant le petit vaisseau se découper derrière une dune, un sourire se dessina sur son visage. Le Protée n’était pas un navire lourd, loin de là. Petit, rapide et maniable, il correspondait en tous points à ce que nécessitait réellement la vie de pirate. Aux yeux du capitaine et de tout son équipage, les pirates avec plus de deux mâts étaient des « branleurs de tortues », de faux marins. Shilkyn aimait bien ce surnom.

Le capitaine était sur le pont du deux mâts, occupé à priser un des nombreux tabacs qu’il collectionnait. Vêtu d’un lourd manteau en cuir renforcé de diverses plaques d’acier, il était – et de loin – le pirate le plus impressionnant qu’avait côtoyé Shilkyn en vingt-six ans d’existence dont bientôt dix de carrière dans la marine illégale. Tatoué jusqu’aux joues, parfaitement rasé et un regard noir qui pétrifiait chaque ennemi qui avait le malheur de le croiser. Voilà à quoi ressemblait selon le quartier maître un pirate de légende. Une légende vieillie cependant : quoi qu’il n’ait jamais affirmé son âge, le capitaine devait avoir dépassé la cinquantaine d’années et ses cheveux longs, maintenus en arrière par un bandeau rouge étaient presque gris.

En étant honnête avec lui-même, Shilkyn avait peur de lui annoncer qu’il n’avait pas réussi à revendre l’huile noire.

« Capitaine.
_ Quartier maître ? »

La discussion commençait mal. Shilkyn s’était raidi tandis que l’homme n’avait que légèrement levé la tête pour daigner lui accorder un regard.

« Dimedeh a dit non. Il ne veut pas racheter des armes volées à l’armée kournane. Il s’inquiète pour la sécurité de la crique de Da-
_ La seule chose dont Dimedeh s’inquiète, c’est la solidité de la chaise qui subirait le poids de son fessier. On dit que le vide ne pèse rien, mais j’affirme que ce trou du cul est bel et bien le plus lourd que je connaisse, le coupa le capitaine. Où sont les tonneaux ?
_ Banjh et Sën s’occupent du voyage retour, répondit Shilkyn.
_ Dis-leur de ne pas décharger leur charrette. Je vais aller parler à Dimedeh, s’il souhaite martyriser mon quartier maître, fit le capitaine en se levant.
L’homme s’était levé, rangeant avec une douceur inattendue sa boîte de tabac à priser dans un des tiroirs du magnifique bureau en bois sculpté qui siégeait en meuble principal au centre de la seule cabine du navire. Comme beaucoup d’autres pièces composant le mobilier du navire, le bureau avait été volé à un quelconque riche marchand ayant eu la malchance de croiser la route du Protée.

« Donne-moi mon sabre.
Shilkyn s’exécuta.
« Je déteste cette ville, fit le capitaine en s’équipant. Tous persuadés que leur paradis pourra survivre s’ils n’attirent pas le regard de l’Armée kournane et tant que la coalition corsaire concentrera ses raids contre les Istanis du Sud. Cela ne leur ferait pas de mal de comprendre que plus personne ne croit depuis très longtemps que la crique de Dajkah ne serait peuplée que d’innocents pêcheurs et de filles de joie. L’armée n’attend qu’une occasion d’attaquer la ville... Si nous ne sommes pas armés à ce moment là, tout le monde sera exécuté. »

Shilkyn ne répondit pas. A ses yeux, Dimedeh avait raison sur au moins un point. Dix tonneaux d’huile noire ne changeraient rien au combat s’il devait avoir lieu. Le capitaine rêvait d’une nation de corsaires libres mais avait refusé de joindre l’armada de la capitaine Glaive qui avait pourtant le même objectif, affaires privées... Et Shilkyn pensait être bien le seul assez sain d’esprit dans l’équipage pour réaliser qu’il ne s’agissait que d’une illusion pour rendre ses troupes fidèles jusqu’à la mort et éviter tout risque de mutinerie... Ou du moins espérait-il que son capitaine n’était pas assez bête pour croire à un rêve pareil.

« Tu m’accompagnes ?
_ Pardon ? demanda Shilkyn en levant subitement la tête. Le Second n’est pas là ?
_ Il n’a plus besoin de formation et a des vues sur un autre navire, ce qui fait que pour l’instant, le Protée est à toi s’il m’arrive quelque chose. Je me répète donc, tu m’accompagnes au cœur d’une cité de criminels pour dire à l’un de leurs chefs qu’il a plus de chances de revoir un jour l’engin qui lui sert à espérer copuler en pissant que d’envoyer chier mon équipage et s'en sortir indemne, quartier-maître Shilkyn ?
Shilkyn sourit.
_ Aye, capitaine Tysian ! »

____________
* Les fraises ne sont pas très connues en Elona (NdlA)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shilkyn Tysian, Lieutenant [Validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shilkyn Tysian, Lieutenant [Validée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Compagnie des Longs Marcheurs :: Archives et Administration :: Archives des RP LM :: Archivage des fiches-
Sauter vers: