Compagnie des Longs Marcheurs

Les Longs-Marcheurs, guilde RP sur Gw2
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue chez les Longs-Marcheurs ! Départ pour Elona le 26/11 en soirée !

Partagez | 
 

 Astereïs [Validée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Astereïs

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/10/2015

MessageSujet: Astereïs [Validée]   Jeu 8 Oct - 22:32

Astereïs


  • Race : Norne
  • Classe : Guerrière

  • Votre personnage en quelques mots :
    « Je viens des lointaines Cimefroides. C'est une terre gelée jusqu'aux cavernes des profondeurs, où la neige se veut le linceul traître reposant sur les visages glacés de mille fois mille corps sans vie ; c'est aussi la contrée où l'on apprend à aller au combat en chantant les hauts-faits de ceux qui nous ont précédés. Nos guerres sont joyeuses, nos fêtes tapageuses et j'aime à croire que nous y vivons plus intensément que partout ailleurs. Mon peuple est féroce et obstiné, et je suis faite à cette image. »

    « Une demie-géante à la crinière indisciplinée, tresses d'airain et peau de bronze. Ses yeux semblent d'ambre, et une lueur sauvage y couve sans trop de discrétion. C'est une guerrière bien découplée, qui ne se sent à sa place qu'au milieu de frères d'armes ou à défaut, quelque part dans la forêt avec son grand arc à la main. Elle apprécie les voyages en solitaire, à ce qu'on m'a dit ; il ne serait pas rare de l'apercevoir au détour d'un col de montagne ou d'une rivière au fond d'un ravin, à savourer les plaisirs simples de la nature dans tout ce qu'elle a de plus farouche... mais toujours, toujours elle semble devoir revenir à la guerre. Escarmouches, assauts ou lutte désespérée pour un bout de mur effondré ; peu lui chaut, tant qu'elle peut plonger dans l'ivresse fiévreuse du combat et qu'il y ai une personne à ses côtés pour rapporter son souvenir si jamais elle devait y périr. C'est ça, sa vie de mercenaire... une bohème d'errance et d'acier. »

    « Elle sait vivre avec passion, c'est certain. Mais de la vie... elle ignore bien des choses. Astereïs a découvert la camaraderie et le fracas d'une épée sur un bouclier au lieu de l'amitié et des choses de l'amour. J'ai entendu dire qu'elle s'était battue d'abord dans sa contrée natale, et puis en Ascalon aux côtés des Charrs. Et même qu'ensuite, elle serait partie vers la Strie et les horreurs engendrées par Kralkatorrik... Elle crèvera plutôt que de l'avouer, mais elle en fait des mauvais rêves, c'est sûr ; ne la crois pas lorsqu'elle clame qu'elle n'a peur de rien. Cependant... évite de le lui dire. Son bouclier vole bas. »  


  • Répliques cultes :

    « Le Loup nous enseigne que la chasse en meute n'est pas vaine... Apprends à tuer avec les tiens ! Sois prêt à mourir pour un autre. Et rien n'arrêtera plus la meute... »

    « Debout petit ! ...je veux dire, chef. »

    « Ceux-là sont les miens. Qu'ils le voient ainsi ou non, ils sont de ma meute... et je t'arracherai le cœur avant que tu ne les touches. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astereïs

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/10/2015

MessageSujet: Re: Astereïs [Validée]   Jeu 8 Oct - 22:44

Statistiques


AstereïsChoix retenuBonus de raceInfluence du BGEntrainementsAttribut finalModificateur d'attribut
IntelligenceAcceptable---Acceptable-10
EspritMédiocre---Médiocre-20
DextéritéBon-+1 rang-Supérieur+20
ForceSupérieur---Supérieur+20
VigueurMoyen+1 rang+1 rang-Supérieur+20
VolontéMoyen---Moyen0
CharismeMoyen---Moyen0


Dernière édition par Astereïs le Jeu 15 Oct - 9:12, édité 1 fois (Raison : Re-répartition !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astereïs

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/10/2015

MessageSujet: Re: Astereïs [Validée]   Jeu 15 Oct - 8:54

13ème jour du Colosse, 1328 ApE


J'ai pris la décision de tenir un journal du front. Hé, on ne sait jamais, cette aventure-là pourrait bien être la dernière.

J'ai finalement franchi le pas. Oh, rien n'est décidé encore ; mais je suis désormais une recrue des Longs-Marcheurs. Je dois passer au travers d'un mentorat avant d'être réellement acceptée dans leurs rangs, et c'est un Charr du nom de Hogor Briselame qui va s'en charger. Bon, ça, ça ne devrait pas me dépayser. En fait... non, en fait pas grand-chose ne m'a dépaysée, là-bas. Le sable brûlant ? Les hautes falaises d'ocre ? D'accord, elles sont peut-être un peu plus brûlées ici qu'en Ascalon... mais j'ai vu mon lot de plaines calcinées à l'herbe rare. Le soleil lourd de l'Est a tanné ma peau, rendu de bronze ma crinière, et je supporte plutôt bien le climat exigeant des Contrées Sauvages. Même s'ils ont déjà commencé à rationner l'alcool... et par rationner, je veux dire l'interdire !

Bah ! tant pis. Mais les hauts-faits d'armes sont moins glorieux, lorsqu'on les chante sobre...

Il s'est passé une chose étrange, dans la soirée. La fameuse visite médicale. Une grande première pour moi, et je ne suis pas pressée d'y retourner. Nom d'un Couvregivre... si je n'étais pas en état de me battre, je ne viendrais pas à leurs côtés ! Enfin, j'imagine qu'ils ont déjà eu des surprises par le passé et préfèrent s'assurer des aptitudes de leurs recrues maintenant.
Il faut savoir que je ne suis pas spécialement pudique. Et pour cause... La majeure partie de ma vie de femme, je l'ai passée à combattre auprès des Charrs et des bandes de guerre de la Légion Sanglante, en tant qu'auxiliaire. A mes yeux, mon corps est la première des armes que je sais manier et non un objet de (je me sens au moins aussi stupide à l'écrire qu'à le dire. 'Sais pas si c'est bon signe) désir. Être ainsi auscultée m'a rappelée que j'avais des besoins, et je m'en serais bien passée !

Mais c'est n'importe quoi. Je suis peut-être une femme, mais je suis avant tout une guerrière ! Mes besoins sont ceux de l'aventure, de la fièvre des combats, du dépassement de soi et de la passion que peut délivrer une épée en s'abattant sur un bouclier. Les légendes s'écrivent dans le sang, fusse-t-il celui épais et sombre des engeances de Mordremoth !
Et si les Esprits le veulent, elle va commencer à s'écrire très bientôt. Cette encre-là sera généreuse.

Enfin, si je ne me tue pas en deltaplane avant. J'ai eu tout le loisir d'observer leur séance d'entraînement - d'apprentissage à voler, pourrait-on dire - décortiquée en une dizaine d'étapes. J'espère qu'il leur reste des grands modèles...
L'idée de voler a quelque chose de terriblement excitant et effrayant à la fois. Je vais peut-être découvrir ce que ressentent les bébés Dolyaks, lorsque les brutes du pavillon les balancent avec entrain quelques mètres plus loin dans les congères. Si j'en juge à la façon dont ils reviennent joyeusement, la truffe couverte de neige, ça ne doit pas être si atroce. Enfin, comme on dit... Qui vivra verra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astereïs

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/10/2015

MessageSujet: Re: Astereïs [Validée]   Ven 16 Oct - 9:24

15ème jour du Colosse, 1328 ApE

Trop claquée hier pour écrire dans ce journal. Je ne suis pas même très sûre de ce que je suis supposée mettre dedans, ou si seulement c'est une bonne idée ; mais j'ai commencé, et je continue. On n'arrête pas les choses qu'on entreprend sur un coup de tête ! Ah ça... de la ténacité, y en fallait la veille... Deltaplane. Entraînement au deltaplane. Je n'ai pas commencé à voler, encore ; du moins, pas tout à fait. J'ai galéré, tant à remiser dans un coin de ma tête mon enthousiasme débordant à l'idée de décoller les pieds du plancher des vaches qu'avec le dispositif lui-même, qui n'a rien de simple bien qu'il soit, au final, très fonctionnel et relativement intuitif. Mais bon, les efforts ont fini par payer et après avoir avalé à peu près la moitié du sable des Contrées sauvages, j'ai fini par savoir comment planer. Prochaine étape, le vol ! Pour ce soir.

Vlad est un Charr bizarre, y a pas à dire. Un peu frappé ? Non, je crois que c'est différent. Il m'évoque une épée qu'on a forgée trop vite et utilisée trop souvent : usée avant l'âge, bien qu'elle ai vu davantage de sang que les autres lames de sa génération. A demi-mots, j'ai compris qu'il avait fait partie de ces esclaves de la Légion de la Flamme affligés d'un éclat du dragon Primordus. Je ne suis pas une érudite, loin de là, mais même moi je sais qu'il s'agit du premier des ancestraux. Le premier à s'être réveillé, en tous cas... Ca vous incite à vous poser quelques questions sur le sujet.
Enfin ! A retenir que ce fauve mal-embouché peut cracher de jolies gerbes d'étincelles, et que ça ne doit pas être vraiment agréable à recevoir. Il a parlé de murmures ; ceux des runes de flammes qu'on lui a gravées. Voilà qui me pousse à me méfier davantage encore de la magie...

J'ai re-fait des mauvais rêves. Rien de bien surprenant, si on considère que je suis de retour sur un front draconique. Ca doit arriver à tout le monde. Là où les choses m'agacent, c'est que mes cauchemars se tournent une nouvelle fois vers la Strie. La Strie, cette voleuse, qui m'a dérobée tant de choses et qui, loin à l'Est - presque à l'autre bout du monde - ricane en me laissant entendre que j'aurais mieux fait de rester mourir auprès d'elle.

Va te faire foutre.

Pourquoi ils ne lèvent pas l'interdiction sur la boisson...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astereïs

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/10/2015

MessageSujet: Re: Astereïs [Validée]   Dim 18 Oct - 12:44

18ème jour du Colosse, 1328 ApE

J'me suis réveillée en tremblant de tous mes membres, fixant la toile de ma tente que le petit matin ardent des Contrées sauvages teintait d'un orange brûlant. Les yeux me piquaient d'avoir tant pleuré, dans l'intimité nocturne de cet abri que je ne partage avec aucun autre membre du Pacte - et c'est normal.
La veille n'a pas été une journée comme les autres. La veille... on est enfin sorti. On s'est taillé un chemin dans les plaines désolées afin de rejoindre un camp fortifié plus au Nord, mis sous la menace Mordrem ; cette barbacane, c'est devenu notre galère.
Ils ont attaqué. Une fois. Deux fois. Trois fois... après, j'ai plus tenu le compte. J'avais pas encore vu un terragriffe se jeter avec tant de violence sur un mur épais comme quatre Norns qu'il y dessinait un impact en étoile. Ni une de ces abominations géantes se saisir d'un rocher à cent toises de là et le projeter si puissamment qu'il fissurait la pierre de nos fortifications sur toute leur hauteur.

Putain. C'était pas un bastion qu'on essayait de tenir, c'est vite devenu une ruine.

Chaque assaut aurait pu être le dernier. En jetant de temps en temps un coup d'oeil vers l'arrière, entre deux mêlées désespérées, je remarquais que les marcheurs récoltaient de sévères blessures à chaque moment qui s'écoulait. Je mentirai si je disais que je n'ai pas eu peur ; qu'une insidieuse question avec des allures de : « Pourquoi suis-je ici ? » n'a pas essayé de se mettre sur le devant de la scène de mes pensées.
Mais je l'ai étouffée, cette question. Et ma peur, je l'ai implacablement étranglée, déchiquetée et remise au placard avant de me jeter à nouveau contre les Mordrems, bouclier et glaive en avant. Je suis une Norne ! La bataille est le burin qui révélera ma grandeur... je suis faite pour me battre.

Les bombardements... oh, ils nous ont sûrement sauvé la mise. Là encore, je n'avais jamais rien vu de tel. Du feu qui tombait du ciel, qui éventrait le sable, et la terre s'agitait sous mes pieds. Je me collais à un mur à chaque fois qu'il en survenait un, les doigts crispés dans une anfractuosité, essayant d'apaiser la panique primale que ce déchaînement orageux purement technologique faisait naître dans mon esprit. J'aurais dû y être un peu habituée, avec l'amour qu'ont les Charrs pour la grosse artillerie... mais non. La louve en moi se méfie encore d'une bonne partie de l'arsenal du pacte.
A un moment, j'ai pas fait gaffe. C'était ma faute ; je me tenais aux portes brisées de notre point retranché lorsque les bombes sont tombées. Ah ça, j'aurais eu du mal à l'encaisser... Heureusement pour moi, je n'ai pas été vraiment atteinte. Ca a explosé à quelques mètres de là, et j'ai récolté plus de coupures en une seconde que dans toute mon enfance turbulente. Le souffle de la détonation m'a mise à terre... Secouée, j'ai eu besoin d'un moment pour retrouver le sens du haut et du bas, chasser le sifflement assourdissant de mes oreilles et rejoindre Hogor et Vlad.

Et sans que je sache trop pourquoi... ni quand... les Mordrems ont cessé. Y a eu un appel sur les gantelets, un genre de : « Grouillez votre cul et venez devant le gros morceau ». C'était à nous d'attaquer, ce coup-ci. Je peux dire que l'idée a ramené un sourire féroce sur mes lèvres fendues. Mais tu sais ce qu'ils nous ont filé, en guise d'engin de siège...?
Un putain de moussu. Un gorille de bois et de lierre, haut de peut-être vingt pieds. Bélier vivant, à n'en pas douter. Ce truc a lentement mais sûrement déchiqueté la muraille épineuse barrant l'accès au cœur du repaire de ces plantes dégénérées, tandis qu'on tenait tant bien que mal en respect le reste des serviteurs draconiques qui essayaient de le mettre à terre. Finalement, on a pu pénétrer dans l'antre de la bête.

Et quelle bête.

Si les choses avaient été mouvementées jusqu'ici, elles sont carrément devenues démentes. Ce qu'il s'est passé dans cette étrange et immense caverne... se perd dans une suite sans fin de secondes acharnées, à frapper, tailler, cogner de mon bouclier. Je voyais autour de moi les autres marcheurs qui se démenaient comme de beaux diables. Un terragriffe ailé... et pas un petit. Ses serres démesurées ont prélevé un lourd tribut - j'ose même pas y repenser avec trop de précision. Ma jambe a failli y passer, même si je m'en suis tirée avec une entaille tout du long de la cuisse.
Bah ! on a fini par vaincre. On a eu cent fois l'occasion de mourir, mais non. Merci à nos guérisseurs de bataille. Sans eux, on aurait eu des tombes à creuser à notre nom, c'est évident.

Y a eu autant de pleurs déchirants que de cris de victoire tandis que les troupes sont rentrées cahin-caha - nous-mêmes avons eu le luxe d'un voyage de retour en dirigeable. C'a été une belle bataille, et même moi j'espère qu'on va pas remettre ça de sitôt. Pourtant... j'sais bien qu'on va y retourner, et c'est pour ça que je suis là... mais le temps de lécher ses plaies, ça fait aussi partie de la guerre.

J'ai jamais écrit autant, et encore moins dans un journal qu'est pas destiné à être lu par d'autres yeux que les miens. Je sais pas pourquoi. Et puis, c'est l'heure d'aller demander un morceau de viande à Grincecrinière.
A tous les coups il va m'engueuler parce que j'ai pas ramené la chope d'hier soir... Où c'est que Ciam m'a dit qu'elle était déjà...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astereïs

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 08/10/2015

MessageSujet: Re: Astereïs [Validée]   Jeu 22 Oct - 14:09

Un roulement rauque, ronflant. C'est le feu qui lèche les parois couvertes de suie de la forge, au fond de l'arsenal du camp de la Détermination. Devant le massif fourneau s'affaire une demie-géante brunie par le soleil d'Ascalon et à la musculature jouant à fleur de sa peau rougie par la chaleur ; son regard de louve est fixé sur le brasier qu'elle semble défier d'échapper à sa volonté, tandis que d'une main sûre elle frappe l'enclume accueillant un morceau de métal étonnamment petit.
Quelques heures plus tôt, on a pu la voir s'entretenir avec le responsable de l'équipement que la guerrière utilise en ce moment : une négociation menée à voix basse entre la Norne hâlée et l'Asura au visage gris, couleur de cendres. Nul ne sait vraiment ce qui a pu se dire entre ces deux-là, mais ce qui est certain, c'est qu'Astereïs semble avoir eu gain de cause. Pendant l'après-midi précédant le départ dont elle ignorait encore tout, la Marcheuse a forgé... Car ce qu'elle n'ignorait pas, en revanche, c'est qu'elle avait adopté une nouvelle meute dans son cœur aussi large que passionné. Et elle allait le montrer à la face de ce monde qu'une demie-journée plus tard, elle allait jurer de protéger.

Le métal fond sous la langue avide qui fait rougeoyer l'intérieur du four. Des rebuts d'acier et de fer. Des rebuts... Peut-être était-ce là l'étrange magie du front des Contrées. Même les rebuts pouvaient, ici, être transformés en quelque chose non seulement d'utile, mais encore d'essentiel. De vital pour la Tyrie. Des soldats, des guerriers, des combattants ; qu'importe, tant qu'ils prenaient une arme et s'en allaient - avec désespoir, colère ou joie farouche - tuer les séides du dragon.
Le soleil a décliné tandis qu'inlassablement, avec l'obstination têtue et immature qu'on lui connaît, la recrue des Longs-Marcheurs a lentement plié le métal à son image. Une gueule de loup. La confection en était grossière, sans doute ; à peine stylisée, et chaque pièce percée afin de la faire pendre au long d'une lanière de cuir. Elle n'avait pas cherché à faire quelque chose de beau, et bien qu'on puisse lui trouver une joliesse sauvage, la Norne elle-même ne s'embarrassait ni de coquetterie, ni du moindre apparat que les femmes loin de la guerre portent si naturellement. Sa création se voulait aussi discrète que solide, à l'image de son attachement à la troupe. Il y avait fort à parier qu'elle l'eût voulu inaltérable, mais son talent à la forge ne pouvait atteindre un tel résultat ; alors elle se contentait de tendre vers son idéal, une stratégie que la guerrière adoptait dans à peu près tous les aspects de sa vie.

N'était-ce pas même le caractère de leur croisade contre les dragons ? Se battre pour atteindre une victoire qu'on ne verrait sûrement pas de leur vivant, si tant est qu'elle surviendrait ?

A la venue du soir, sa tâche était achevée. Les joues parées d'un voile vermillon à cause de l'effort, ses tresses déjà rebelles laissant s'échapper des mèches en bataille, la Norne a reposé ses outils et laissé mourir le brasier de sa forge. Dans une besace, la fille du Nord a remisé les amulettes avec dans l'idée d'en remettre une à chacun de ses camarades, en privé probablement ; mais les événements se sont précipités, et elles furent données devant tout un chacun, Astereïs s'en retrouvant gênée. Peut-être le geste allait-il apparaître enfantin aux autres, voire naïf - c'est du moins ce qu'elle craignait.

Mais le Loup hante son âme, et c'est en louve qu'elle marche aux côtés de ses camarades. Et c'est désormais une tête de loup que chacun porte au cou ou à la ceinture.

Une nouvelle meute, pour dévorer le dragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Astereïs [Validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Astereïs [Validée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CF] Proposition de Planning (pour l'instant non-validé)
» Explications ? [Porte non validée ?]
» Compositions validées !
» [Suggestion] Autoriser un peu de hors-sujet dans les Blogs (validée)
» [Suggestion] Nouvelle rubrique vidéos (validée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Compagnie des Longs Marcheurs :: Archives et Administration :: Archives des RP LM :: Archivage des fiches-
Sauter vers: